Association Aristide Cavaille-Coll : 5 rue Roquépine, 78008 Paris.

Le site de l’Association Aristide Cavaillé-Coll vous souhaite la bienvenue

5 novembre 2021

Actualité  Votez pour sélectionner le Cavaillé-Coll de l’église Saint-Béat d’Épône (78), candidat dans une action de Sauvons Nos Monuments.

Cet instrument, livré par Cavaillé-Coll à l’église d’Enghien-les-Bains en 1878 (Eschbach, page 702), fut transféré en 1901 à Épône. En 2008 Pierre Maciet restitue son état d’origine, mais l’instrument montre des signes de faiblesse (sommiers…) à la suite des canicules des dernières années, etc. Une remise en état s’impose, la mairie cherche des fonds…

    

Sauvegarde de l’orgue de Vire

Pour consulter notre présentation historique et esthétique :

L’orgue Cavaillé-Coll de Vire

L’Association Aristide Cavaillé-Coll a pour mission de mieux faire connaître l’œuvre d’Aristide Cavaillé-Coll et de contribuer à sa préservation et à sa mise en valeur.

Ainsi, Monsieur Guy Déséglise, président de l’Association pour la Sauvegarde de la Chapelle Saint-Louis de Vire-Normandie (dont l’action englobe en toute logique l’orgue Cavaillé-Coll de 1864), a fait appel à notre expertise dès l’annonce de la cession prévue de l’orgue par le centre hospitalier de Vire, propriétaire des lieux, et son transfert ailleurs. En effet, le sort de l’ensemble (XVIIe-XIXe siècles), protégé par inscription au titre des Monuments historiques et l’un des seuls édifices anciens subsistant dans cette ville largement détruite par les bombardements lors de la Seconde guerre mondiale, est incertain : la vente des bâtiments de l’ancien couvent des Ursulines, qui logent actuellement un Ehpad, et de la superbe chapelle est actuellement à l’étude.

Fin janvier Monsieur David Trouchaud, directeur du centre hospitalier, a répondu favorablement à notre souhait de connaître de plus près l’historique du projet de déplacement de l’instrument. Une visite du lieu, à la suite de notre entretien sur place le 2 février, a permis de constater la qualité exceptionnelle de conservation de l’ensemble chapelle et orgue.

Nous avons pu comprendre que l’installation à la fin des années 1990 d’un étage de l’Ehpad, touchant tout juste l’arrière de l’instrument et rendant impossible son utilisation, ait découragé toute velléité de restauration de l’instrument, et que cet état de fait ait pu aboutir à plusieurs décisions favorables à sa cession. Aujourd’hui, le déménagement annoncé de l’Ehpad est une donnée nouvelle qui pourrait permettre de revenir sur ces décisions.

L’osmose architecturale entre la chapelle et son orgue, situé à fleur de tribune au-dessus de la clôture des Ursulines et orné d’une boiserie de style baroque unique dans la production d’Aristide Cavaillé-Coll, nous a impressionnés, et convaincus de la nécessité de maintenir in situ cet instrument conçu sur mesure.

L’objet de notre action n’est donc pas de débattre d’un transfert de l’orgue, que ce soit en France ou à l’étranger, mais bien d’éviter la dislocation de cet ensemble insigne puis de veiller à sa réhabilitation.

Nous avons présenté aux autorités de tutelle (Administration centrale des MH, DRAC, Sous-Préfecture…) et aux acteurs locaux (mairie, direction du centre hospitalier, association) plusieurs observations documentées en faveur de la conservation sur place de l’instrument, dont les suivantes :

  1. L’état d’abandon dans lequel se trouve l’orgue aujourd’hui est paradoxalement la garantie de son authenticité ; il n’a jamais subi de restauration invasive ni de retouches régulières. Tuyauterie, harmonisation et mécanismes originels sont intacts. Cet état rarissime en fait un témoin on ne plus précieux de sonorités anciennes et scelle son unité indissociable avec le lieu.
  2. Sa garantie optimale de conservation est de rester tel qu’il est, sur site, moyennant une surveillance régulière de son état sanitaire, jusqu’à son démontage pour une restauration effective lorsqu’elle pourra être décidée.
  3. Sa construction dans les ateliers Cavaillé-Coll en 1864 a coïncidé avec les débuts de celle du grand orgue de Notre-Dame de Paris. La construction est très bien documentée dans les archives.
  4. Le déménagement prévu de l’Ehpad qui actuellement jouxte la tribune d’orgue permet une vision à plus long terme pour un relevage scrupuleux, prévoyant son utilisation dans son écrin également restauré. Cet extraordinaire ensemble constitue un enjeu patrimonial et culturel majeur pour le monde musical et pour le rayonnement de Vire et son agglomération.
  5. La mobilisation locale et nationale autour de l’avenir de ce joyau qu’abrite la ville de Vire démontre un fort attachement du public à cet instrument de grande classe.

La synthèse de nos conclusions a été communiquée à Monsieur le Maire de Vire sur l’initiative de Monsieur Déséglise. Peu avant une réunion du Comité de Surveillance de l’Hôpital le vendredi 12 mars, le dossier de la chapelle a été retiré de l’ordre du jour. Nous saluons avec reconnaissance la judicieuse décision de la direction de l’hôpital et du maire de suspendre, dans l’immédiat, le projet de cession de l’orgue, permettant une réflexion renouvelée par tous les acteurs locaux, régionaux voire nationaux, sur un devenir conjoint de l’orgue et de la chapelle.

Parallèlement à ces prises de contact nous avons signalé à nos adhérents la pétition Sauvons l’Orgue et la Chapelle Saint Louis, de Vire Normandie lancée par l’association viroise, afin que ceux qui le souhaitent puissent soutenir cette initiative collective.

Dans le sillage des actions inspirées par Georges Lartigau, qui fut son président de 1978 à 2017, l’Association Aristide Cavaillé-Coll suit l’évolution du dossier en collaboration avec tous les acteurs de cette renaissance, et s’attache à faire œuvre de transmission pour les générations futures de Vire et de sa région.

Vire vue d'ens2


L’Association Aristide Cavaillé-Coll

Fondée à Paris en 1975 et présidée pendant quatre décennies par Georges Lartigau, l’association a pour but d’obtenir le respect et une meilleure connaissance des orgues d’Aristide Cavaillé-Coll, de ses contemporains et successeurs. Suivant la demande elle organise des concerts, visites d’instruments, conférences, journées d’études et réflexions sur des projets de restauration, colloques, etc. toutes sortes de manifestations qui vous permettent de mieux faire connaître et apprécier l’œuvre du plus grand facteur d’orgues du XIXème siècle.

Depuis sa création et jusqu’en 2018 l’association a publié régulièrement une revue, La Flûte Harmonique, qui est le reflet de toutes ces activités. (La publication régulière de la revue a cessé en 2019.) Vous pourrez en consulter plusieurs extraits dans ce site (pages en cours de réalisation). Vous y trouverez également toutes sortes de renseignements sur la carrière d’Aristide Cavaillé-Coll, mais aussi sur celles de ses contemporains (Merklin, Abbey, Puget, Debierre, Wenner, etc…) grâce à la Bibliographie, la Discographie, la Chronologie, les Vidéos et listes d’instruments que nous vous proposerons au fur et à mesure du développement de ce site.

Nous pourrons également nous enrichir mutuellement en nous proposant votre partenariat par une adhésion individuelle ou collective si vous représentez une association. Nous vous aiderons à mieux faire connaître vos activités et en faire profiter automatiquement nos adhérents répartis en majorité en France mais également dans plusieurs pays d’Europe, U.S.A. et Japon.

François Ménissier, Président.

Paris, St-Bernard de la Chapelle, 1863 (Association Aristide Cavaillé-Coll)
Paris, St-Bernard de la Chapelle, 1863